Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Catherine Delamare - adventures here we come
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 10/08/2018
Localisation : A Horla-sur-eau, probablement en train de soigner des enfants
Ven 10 Aoû - 13:41

Catherine Delamare

adventures here we come

âge & date de naissance 39 ans, née le trois juillet
métier médecin urgentiste, cheffe de l’équipe chargée du soin des enfants dans ce gymnase
nationalité/origine Française, de Horla-sur-eau
situation financière modeste
situation familiale & conjugale Mariée à un doux crétin qui n’est même pas là, trois enfants chéris
groupe Habitant
avatar Riza Hawkeye Fullmetal Alchemist
Comment vit-il l'isolement ?
L’isolement est un pur cauchemar pour Catherine. Elle n’arrive pas à avoir le moindre contrôle sur ce qu’il se passe, alors que ses enfants sont concernés, qu’ils sont présents dans un endroit où le danger rôde, elle voit d’autres enfants malades dont on ne comprend pas la moindre ligne de résultat d’analyse… En bref, si elle résiste à la tentation de piquer des anxiolytiques dans la pharmacie, c’est uniquement parce que d’autres risquent d’en avoir plus besoin qu’elle.

Si habitant, croit-il aux rumeurs des esprits des enfants malades ?
Ce n’est qu’une grosse bêtise. Une façon pour les habitants coincés de s’occuper l’esprit en s’imaginant des choses, en tentant d’expliquer ce qui n’était pas explicable. En bon esprit scientifique, Catherine ne voit que des enfants malades, plongés dans un coma qui dure UN PEU TROP LONGTEMPS. Tsss.
Physique
Catherine, quand elle est seule, à première vue, est une jolie blonde d’un bon mètre soixante-dix, qui se tient extrêmement droite et qui marche à une allure soutenue. Le visage neutre, on dirait qu’elle foudroie le monde du regard, et qu’elle sait exactement où elle va – ce qui est le cas. Plutôt athlétique, on capte plutôt vite qu’elle est sportive. Mais bon, seulement quand elle a le temps. Ses cheveux sont généralement lâchés quand elle ne travaille pas, elle adore tout particulièrement le balancier de sa masse quand elle marche, le sentir dans son dos. Allez savoir pourquoi. D’ailleurs, elle s’arrange pour aller le plus régulièrement possible au coiffeur afin que ça ne parte pas dans tous les sens, juste couper les pointes pour que ça soit droit, faire des soins – elle a une dermatite qui fait qu’elle souffre de pellicules depuis des années, sans parvenir à s’en débarrasser. Le coiffeur cache un peu la misère. Mais au travail, elle attache tout avec une pince, même si une frange couvre son front, ça lui permet d’être plus libre. On note aussi la présence d’un grain de beauté sous son œil gauche, mais nulle part ailleurs, pourquoi ? Aucune idée. Mais elle l’aime bien en tout cas. D’ailleurs, elle porte des lunettes noires, rectangulaire, dès qu’elle travaille, étant donné sa légère myopie, mais rien qui ne la force à les mettre en dehors. A sa main gauche on pourra aussi noter la présence d’une alliance en or, preuve de son mariage, qu’elle tripote en permanence de ses doigts fins aux ongles coupés à ras – pas de vernis ni autre chose du genre, on reste dans la simplicité. D’ailleurs, pas d’autres bijou à signaler, sinon cette pince à cheveu – si ça compte. Quant au maquillage, elle a tendance à plutôt privilégier les soins crème de jour-crème de nuit avec une pincée d’anticernes pour ne pas ressembler à un panda. Mascara, et autres khôls, très peu pour elle. Enfin, parfois elle se fait plaisir avec ce petit rouge à lèvre Coco Chanel acheté sur un coup de tête un an auparavant, et gare à celui qui ne fait pas la remarque sur cette touche.


Caractère
Catherine a passé des années à se fabriquer un langage un peu moins fleuri qu’à sa jeunesse. Exit les gros mots, maintenant, dès qu’elle veut jurer, elle sort un mercredi, punaise ou autre crétin des Alpes. Pourquoi elle s’est donné cette peine ? Parce qu’elle est impulsive, sang chaud, et elle se refuse à donner un exemple pareil à ses trois enfants. Très énergique, elle se donne assez peu le temps de la réflexion, ce qu’elle a à dire sortira spontanément. Femme de rigueur et de droiture, elle a tout de même le jugement prompt, a tendance même à se mêler parfois de ce qui ne la regarde pas, car ça ne se règle pas assez vite. Pourtant, encore une fois, elle se force autant que possible à tourner la langue sept fois dans sa bouche pour ses enfants. Et puisqu’on parle d’eux, autant préciser qu’ils sont tout ce qu’elle adore, probablement ceux pour qui elle serait capable du pire comme du meilleur. Une sorte de mission divine qu’elle a ressentie dès la naissance de son aîné. Ça lui remue d’ailleurs tellement les tripes que parfois, alors même qu’ils sont juste là dans la maison à faire leur vie, elle les appelle, les serre fort dans ses bras pour rien. Une impulsion. Ai-je déjà dit qu’elle était impulsive ?

Au travail, elle gère ses subordonnés un peu comme on gère ses soldats. Tout est fait dans l’urgence, ainsi elle a tendance à donner les ordres comme on tire à la mitraillette, et elle s’attend à ce que ses balles fassent leur travail. Par ailleurs, elle souvent surnommé « Mon général », pas forcément dans un sens très positif, mais elle s’en moque assez, tant que le travail est fait. Mais depuis qu’elle est affectée dans ce gymnase, tout est bien plus lent. Elle n’arrive plus à rester en place, elle ne fait qu’attendre, et son cerveau tourne à mille lieues à l’heure. Ces enfants sont dans le coma, et elle n’arrive pas à mettre en place un protocole de soin efficace. Alors, sa sensibilité est à rude épreuve. Car derrière ce qu’elle aime appeler sa « carapace de brute épaisse », elle reste une personne capable de pleurer devant une scène de film triste, de compatir avec la douleur d’une personne. C’est une éponge humaine, elle avale pratiquement toutes les ondes ambiantes.

Pour revenir un poil sur la vie de famille, n’oublions pas un détail : elle est mariée, Catherine. Avec son crétin de Joseph. Là où elle est énergique, impulsive, parfois même insupportable, il y a lui qui est l’extrême opposé. Doux, aimant, parfois même allant jusqu’à être léthargique, son mari est celui qui la calme le mieux. Ils sont tellement complémentaires que depuis leur séparation à cause des événements, notre chère Cathy n’est pas loin de l’implosion. Plus les jours passent, plus elle risque fortement d’envoyer le monde entier péter, de récupérer des vivres et de traverser l’inondation sur un radeau de fortune, ses trois enfants sur le dos. Ouais. A ce point.


Histoire
Catherine, c’est typiquement la femme restée proche de son terroir. Née à Horla-sur-Eau, elle y a grandi, étudié et travaillé. Sans rire, le reste du monde, ça ne l’intéresse pas plus que ça, c’est son paradis sur Terre, cette ville, même cette région. Fille d’une commerçante désormais à la retraite et d’un policier lui aussi à la retraite, elle a vu le jour dans l’hôpital où elle travaille aujourd’hui, a vécu d’ailleurs dans une maison juste à côté de celui-ci, dans le quartier des Epicéa. Elle est juste partie onze ans du côté de Paris, une lubie étudiante, pour ses études.

Son enfance et son adolescence furent donc ponctuées par ses études, qu’elle mena avec une simplicité qui déconcerta même sa famille, la voyant tout le temps en randonnée, perchée dans les arbres en accrobranche et autres activités se faisant dans la montagne. De toute façon, si un randonneur ne croisait pas Catherine dans son trajet, c’était que la petite était tout simplement à l’école ou malade. Et d’une certaine mauvaise fois, dès qu’on lui demandait pourquoi elle était autant à droite et à gauche, elle répondait : faut bien s’occuper, il n’y a rien à faire ici.

Si aujourd’hui elle aime autant sa ville, c’est parce qu’elle a su s’en éloigner afin d’en découvrir tous les bons côtés. Adolescente, elle ne rêvait que de cette grande ville Lumière, de ses rues étroites et poétiques, mais une fois sur place, elle était tellement prise dans ses études qu’elle n’a plus profité de rien. Et au final, ces rues n’étaient pas poétiques, elles étaient bondées, sales. Les gens n’avaient rien de ces français lettrés avec la baguette sous le bras, mais c’était plus des touristes te demandant leur chemin tous les dix mètres et les locaux qui te marchaient dessus pour être sûr d’avoir une place dans le métro.

En fait, une seule personne a su faire voir autre chose à Catherine. Joseph. C’était un étudiant lui aussi, mais dans un domaine diamétralement opposé à sa médecine : c’était un lettreux. Ces cursus littéraires qui avaient leur lot de poètes et autres rêveurs avait aussi cet homme, qui a mis du temps à plaire à Cathy, mais qui est parvenu, à coup de citations toutes plus romantiques les unes que les autres, à la faire assez rire pour qu’elle lui tombe dans les bras.

D’ailleurs, ce ne fut que lorsque Martin est né qu’elle a accepté de l’épouser. Avant cela, elle avait tendance à préférer le concubinage, et lui, faisait sa demande chaque année, à l’anniversaire de leur rencontre – qui coïncide à présent avec l’anniversaire de leur aîné, heureux hasard. Et ce fut d’ailleurs le bambin porté par sa grand-mère qui apporta les alliances, alors qu’il n’avait pas un an. Ne lui demandez pas, il ne s’en souviendra pas… Mais il a vu les vidéos, plein de fois, trop de fois sûrement.

La naissance des deux enfants suivant Martin fut comme une sorte de ligne de vie normale. Après tout, installés désormais là où Catherine se sentait le mieux, elle s’assagit un peu, de son caractère intenable enfant et adolescente, pour devenir celle pas tout à fait parfaite d’aujourd’hui mais un petit peu mieux. Il n’y avait strictement rien à signaler. Sauf cet accident, qui frappa Joseph quelques années plus tôt.

Elle conduisait, pendant qu’il était en train de jouer à on ne savait trop quel jeu sur son téléphone, quand un animal, probablement une biche, s’est subitement mise sur le chemin de la voiture. Inévitable, même pas eu le temps de freiner, qu’elle se mangea la bête.

Elle en sortit avec un sacré coup à la tête, s’étant prise l’airbag de plein fouet, et une foulure au poignet, mais Joseph… Il y a perdu un œil, par une sorte de malchance indescriptible, le verre d’une des lunettes s’étant brisé sur le coup. Heureusement que les enfants n’étaient pas là mais chez les grands-parents, là où les parents allaient les chercher justement…

Depuis cet accident, Cathy n’a plus tellement conduit. Uniquement les courtes distances, en ville. C’était bien pour ça d’ailleurs que juste avant l’isolation, ce fut Joseph qui partit hors de la ville pour récupérer ses parents à l’aéroport, revenant de vacances. Alors qu’elle avait demandé à ses parents de rentrer plus tôt, vu le temps, ou de rester où ils étaient, en sécurité. Aujourd’hui encore, elle gueule, demandant comment ils n’ont pas pu l’écouter, qu’on ne l’écoute jamais, et qu’à cause de ça… Elle est désormais seule, avec ses enfants.

Hey, moi c’est Orion, j’ai 25 ans, et je me suis laissé avoir sur le forum alors qu’il était tout juste un projet (HEIN MAXIME). J’aime ce genre de contexte et ça fait des années que je n’ai pas joué sur un forum manga, donc comme diraient certains, prenez soin de moi Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 22/03/2018
Ven 10 Aoû - 14:01
Coucou toi cheers

Ouai je sais on est vilain, on est de vil tentateur Cool , mais que veux-tu on y peut rien si on t'aime trop pour ne pas t'avoir avec nous ! Sois sûre que l'on prendra bien soin de toi, comme de tous les membres.

En tout cas, j'en connais deux qui vont être heureux de ton arrivé ! N'hésite pas à te rapprocher de Martin si tu as une question sur le personnage. Sinon pour les autres questions, nous sommes-là tout les deux. Tu as d'ailleurs une section maintenant sur le discord pour les poser aussi Smile

Bon courage pour la suite de ta fiche qui nous promet déjà un sacré personnage !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 10/08/2018
Localisation : A Horla-sur-eau, probablement en train de soigner des enfants
Ven 10 Aoû - 14:03
Vilaine va Cool
T'en fais pas mon petit Martin, tu vas avoir des nouvelles de moi soon What a Face
D'ailleurs j'ai pratiquement terminé, voit un peu cette efficacité !
*retourne voler vers word*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 19/03/2018
Ven 10 Aoû - 21:37

L'aventure n'attend que toi !

Si tout est bon pour Martin, moi je n'ai rien à redire I love you

Te voilà donc officiellement habitante de la petite ville d'Horla-sur-eau ! Nous espérons que tu t'y plaira et pourra y construire de nombreuses histoires. En attendant nous t'encourageons à rejoindre le discord du forum si ce n'est pas déjà fait.

Quelques liens utiles :
- le récapitulatif de tes relations
- le récapitulatif de tes rps
- demande de rp -> tu peux aussi faire des demandes de rps sur discord.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut Page 1 sur 1
Sauter vers: